Après un an de pandémie, la Suisse retrouve (un peu) le goût du voyage

Après un an de pandémie, la Suisse retrouve (un peu) le goût du voyage

À l’approche de Pâques, les réservations de vols sont en hausse, notamment en Espagne et au Portugal. Les touristes suisses ont à nouveau soif de vacances à l’étranger, mais on ne peut même pas parler des baby-boomers, qui mettent en marche des tours opérateurs. La demande reste nettement inférieure à celle d’avant la crise.

Depuis l’achat de leur maison au Portugal, Sandra et José ont passé toutes leurs vacances ici. Ce rituel a été mené par la pandémie de Covid-19. Alors hâte de revenir à la fin de la semaine. «Nous aurons moins de liberté qu’ici, mais nous avons décidé de partir malgré tout», dit Sandra. Entre rester à la maison en Suisse ou rester à la maison ici, ils ont le choix. «Au moins on change d’air», ajoute José.

Ce couple valaisan fait partie des nombreux Suisses qui ont décidé de quitter la Suisse pendant les vacances de Pâques. Depuis que l’Espagne et le Portugal ont été retirés de la liste des pays à risque de coronavirus par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) il y a un peu plus de dix jours, les réservations de vols pour ces destinations ont explosé, selon les entreprises.

Beaucoup de gens ont un grand besoin de redécouvrir les voyages qu’ils n’ont pas pu faire ces derniers mois.

« La levée des règles de quarantaine a fortement stimulé la demande. En une semaine, nous avons enregistré cinq fois plus de réservations pour l’Espagne et le Portugal depuis Zurich », explique Meike Fuhlrott, un porte-parole suisse. Easyjet, qui opère une trentaine de liaisons avec ces deux pays, dont près de la moitié depuis Genève, observe une évolution similaire.

Pas encore de réservations en masse

Pas encore de réservations en masse

«Nous avons constaté que de nombreuses personnes ont un grand besoin de redécouvrir les voyages qu’elles n’ont pas pu faire ces derniers mois. Elles veulent profiter du soleil et de la mer», explique l’un en Suisse. Lire aussi : Ou partir en guadeloupe en famille. Face à cette croissance de la demande, la filiale Lufthansa a élargi son offre autour de la période de Pâques, ainsi que pour le printemps.

Ce constat est partagé par les plus grandes agences de voyages du pays. «Nous avons constaté une augmentation du trafic sur notre site Web, sans que cela se traduise nécessairement par des réservations», a toutefois tempéré Bianca Gähweiler, responsable de la communication chez Hotelplan. Et d’ajouter que les gens ont «un grand appétit» pour les vacances à l’étranger, mais qu’ils n’ont même pas franchi massivement le pas de l’achat.

Nous n’avons pas vu de «boom à Majorque», mais cela pourrait encore arriver

Le volume des réservations reste incomparable à la situation pré-pandémique, notent les voyagistes, même s’ils refusent de donner des chiffres précis. Le groupe DER Touristik Suisse SA, qui possède notamment Kuoni et Helvetic Tours, articule cependant un ordre de grandeur qui correspond à une baisse d’environ 50% par rapport à 2019.

Recherches populaires

La Suisse, destination favorite

La Suisse, destination favorite

La Suisse, épargnée de l’obligation de tenter une PCR ou une mise en quarantaine au retour, domine le classement des destinations préférées sur Hotelplan comme dans DER Touristik. L’Égypte, la République dominicaine, le Mexique, le Costa Rica, la Turquie et les Maldives complètent la liste des meilleurs lieux de vacances. A voir aussi : Où se trouve la guadeloupe ? En Europe, seules Majorque et les îles Canaries se démarquent.

«Nous n’avons pas assisté à un“ boom de Majorque ”, mais cela pourrait aussi se produire pendant les vacances de Pâques”, note Bianca Gähweiler. Hotelplan, à l’instar des autres agences de voyages suisses, conseille à ses clients d’attendre la dernière minute pour effectuer leurs réservations, afin d’avoir plus de visibilité sur les conditions de voyage. «Nous ne parlons plus de« dernière minute »mais d’ultra dernière minute», disons-nous.

La quarantaine, obstacle majeur au voyage

La quarantaine, obstacle majeur au voyage

Charte des Etats européens figurant sur la liste des pays à risque de coronavirus (état au 24. Sur le même sujet : Carte d’identité ou passeport guadeloupe.03.2021). [Office fédéral de la santé publique – OpenStreetMap 2020]

Le fait de respecter ou non une quarantaine lors du voyage de retour constitue apparemment le principal obstacle à la réservation. La liste des pays à risque de coronavirus est donc soigneusement examinée par les voyageurs et les acteurs du secteur. Signe de son importance, à part toutes les destinations de vacances les plus connues actuellement, personne n’est répertorié sauf les Maldives.

Pour Sandra et José, l’exclusion du Portugal a été un soulagement. « Nous avions réservé nos vols il y a longtemps. Jusqu’à la semaine dernière, le Portugal était toujours sur la liste des pays en danger et nous étions convaincus que nous ne partirions pas », remarque José. «Financièrement, nous ne pouvons pas nous permettre de le mettre en quarantaine pendant dix jours après les vacances», a-t-il déclaré.

La dernière mise à jour de cette liste a été annoncée mercredi par l’OFEV. À partir du jeudi 25 mars, il ne sera plus nécessaire de mettre en quarantaine au retour du Royaume-Uni, d’Irlande et des États-Unis, entre autres. En revanche, la Grèce, la Bosnie-Herzégovine, l’Ukraine, la Jamaïque, le Paraguay et la Tanzanie seront inscrits sur la liste rouge à partir du 5 avril.

Didier Kottelat, avec Céline Brichet et Séverine Ambrus

Confidentialite - Conditions generales - Contact - Publicites - Plan du site - Sitemap