De Lausanne à Kaboul, un voyage à la cathédrale

De Lausanne à Kaboul, un voyage à la cathédrale

Publié le jeudi 8 avril 2021 à 17 h 34

Sous les flots de la cathédrale de Lausanne invite une succession de panneaux de pèlerinage. Les fêtes de Pâques sont-elles derrière nous? Ce cortège voyage ailleurs: de Paris à Kaboul et de Kaboul à Paris. C’est la voie de l’écrivain lausannois Pierre Conne, accompagné de son ami typographe Ernest Imhof, en 1970 … en 2 CV. Un raid de 17 000 km organisé par Citroën pour environ 1 000 participants, dont Pierre Conne, qui à l’époque a produit une histoire littéraire et une série de photos. Près de cinquante ans plus tard, découverte par sa fille Julie Henoch, qui contribue également occasionnellement au Temps, cette bûche nous entraîne sur les traces de jeunes aventures.

« L’histoire de ce raid a imprégné notre mythologie familiale, même si je suis née beaucoup plus tard », a déclaré Julie Henoch. Mon père est mort en 2008 et pendant que je cherchais à la bibliothèque au printemps dernier, je l’ai trouvé. Et je me suis dit: ce n’est vraiment pas mal! « 

«Faux hippies»

«Faux hippies»

Organisée dans le cadre du Festival Histoire et Ville, dédiée cette année au thème du voyage, l’exposition Fair Route ne s’arrête pas à exploiter les belles photographies de Pierre Conne, entre surfaces sèches et visages d’enfants essuyés par le soleil afghan. Sur le même sujet : Martinique ou guadeloupe que choisir. Quatre chercheurs de l’Université de Lausanne (du géographe littéraire à l’anthropologue des religions) se sont penchés sur ces souvenirs pour tisser des réflexions politico-philosophiques: le rôle du récit de voyage, les idéaux de la jeunesse après 1968 mais aussi la ligne fine entre une recherche ailleurs dans le néocolonialisme …

Lisez aussi:

Sylvain Venayre: « Le voyage touristique n’a pas de vertu en soi »

«Vrais bourgeois, faux hippies», selon l’expression de Pierre Conne lui-même, ces touristes pèlerins fuyaient le mode de vie occidental … mais s’en débarrassent-ils vraiment? A travers un parcours visuel et sain, ce sont les clichés orientalistes et les contradictions de l’époque qui remettent en cause l’équité – mais aussi notre propre rapport au voyage.

Dans les tensions de la cathédrale, on suit les traces des deux explorateurs entre merveille, grondement de moteur et conserves de raviolis. Avec, en filigrane, l’hommage d’une fille à son père. «Ouvrir notre histoire familiale a permis de créer des points d’entrée, rendant ces analyses accessibles à tous», a déclaré Julie Henoch. Un voyage intime et universel.

Ceci pourrait vous intéresser
Confidentialite - Conditions generales - Contact - Publicites - Plan du site - Sitemap