Coronavirus: Voyages: «Cette année pour Pâques, ce n’est pas la folie»

Coronavirus: Voyages: «Cette année pour Pâques, ce n’est pas la folie»

Voyager à l’étranger pendant les vacances de Pâques semble compliqué et les meilleures destinations ne sont pas nombreuses. Premières tendances.

Partir à l’étranger pour les vacances de Pâques semble compliqué, et les destinations propices ne sont pas légion. Premières tendances.

Partir à l’étranger pour les vacances de Pâques semble compliqué, et les destinations propices ne sont pas légion. Premières tendances.

Les autorités suisses recommandent toujours que les voyages non urgents soient supprimés. Sur le même sujet : Qu'est-ce que le franc pacifique ? Mais à l’aube des vacances de Pâques et avec l’arrivée des beaux jours, les souhaits d’un autre lieu sont de plus en plus présents.

Malheureusement, compte tenu de la situation sanitaire, partir à l’étranger ne semble pas facile. Bien que la Suisse ne se trouve plus dans une «situation extraordinaire», contrairement à la même période l’an dernier, les différentes restrictions tendent à décourager les intéressés potentiels, qui renoncent à voyager. «Cette année de Pâques n’est pas folle. On reste encore dans l’inconnu », résume David Léchot, président du Groupe des agences de voyages fribourgeois (GAVF).

La principale raison de cette faible demande? Le véritable obstacle que vous devez surmonter pour accéder à la plupart des destinations. « Il y a des quarantaines, des tests, des formulaires à remplir à l’arrivée, ceux qui rentrent en Suisse, le risque que de nouvelles mesures soient prises … »

Destinations privilégiées

De nombreux pays exigent la mise en quarantaine pour toute arrivée d’un pays étranger. Et ceux qui font exception – et qui ne figurent pas sur la liste BDPA – sont donc les destinations préférées des voyageurs les plus persévérants. A voir aussi : Corsair ou air caraibes pour la guadeloupe. Parmi ceux-ci, la République dominicaine, le Mexique, le Costa Rica et l’Égypte sont les plus populaires parmi les agences de voyage interrogées. La Tanzanie, qui en faisait également partie, a été incluse dans la liste des pays à risque qui entrera en vigueur le 4 avril.

«On nous demande aussi fréquemment s’il existe encore un pays où l’on peut se passer d’un test PCR», ajoute Reza Nafissy, directeur de l’agence Tech Travel à Lausanne. Mais nous répondons que non, car même pour les pays qui n’en ont pas besoin, ce sont les entreprises qui le demandent. « 

Pour lui, ces tests peuvent aussi décourager plus d’un à partir en vacances, car ils nécessitent un certain budget. Lorsqu’il est effectué pour voyager, le test PCR n’est pas couvert par la Confédération. «Avec un aller-retour, c’est un budget d’au moins 300 francs par personne. Cela coûte encore cher », souligne-t-il.

«Marché ethnique»

Quant aux vols, ils sont relativement pleins pour le week-end de Pâques, notamment en ce qui concerne le Portugal et l’Espagne, qui ont laissé la liste des pays à risque le 11 mars. Mais c’est surtout un « marché ethnique »: « Ce sont les gens qui ont une famille là-bas, une maison ou autre. En termes de tourisme, il n’y a presque rien », explique David Léchot. Sur le même sujet : Ou se situe la guadeloupe par rapport a la france. « Les vols sont presque tous pleins car il y a beaucoup moins. Mais en termes de prix, les entreprises n’en ont pas fait trop. Quand elles sont chères, ce sont vraiment les points faibles. « 

Bref, il n’y a pas de précipitation pour se rendre à Pâques. Pour l’instant, en tout cas, car la situation peut évoluer pour ceux qui attendent le dernier moment pour effectuer la réservation et, ainsi, évitent de s’impliquer dans les procédures d’annulation suite à l’évolution de la situation sanitaire.

Mais du côté des agences, c’est surtout pour la période d’automne et de fin d’année qu’elles sont en demande. «Pour Pâques, mai ou juin, les gens font tout au dernier moment, ils attendent toujours. De nombreuses questions se posent, confirme David Léchot. Nous avons de nombreuses autres commandes pour septembre, octobre, novembre et décembre. Les gens sont fatigués et veulent partir, alors ils planifient. « 

Sur Facebook, nous vous avons demandé si vous prévoyiez de sortir pendant les vacances de Pâques. Sur près de 100 réponses recueillies, l’écrasante majorité des lecteurs indiquent qu’ils ne voyageront pas.

Parmi les raisons invoquées, il y a bien sûr des restrictions sanitaires, qui rendent les vacances «très compliquées». Il y a aussi l’impact financier de la crise et le manque de moyens pour voyager cette année. Et il y a aussi ceux qui travaillent simplement pendant la période et, par conséquent, n’auront pas le temps de visiter le pays.

Quant aux quelques chanceux qui partent, certains verront leur famille en France ou en Espagne. D’autres visiteront la Tunisie ou la Turquie ou encore « prendront le soleil à Dubaï ».

A lire sur le même sujet
Confidentialite - Conditions generales - Contact - Publicites - Plan du site - Sitemap